Install Theme
Macula

Au delà de la différence

Baraka est un film hors norme. Il n’y a pas d’acteurs, pas de dialogue, pas d’histoire. Aucun scénariste, pas de stars, aucun message. Ce film est un seul long regard ininterrompu sur notre monde. Un regard en musique, ou une musique qui se voit, tellement la bande son est intimement liée aux images.

D’est en ouest, du nord au sud, paysages, animaux, humains, villes, montagnes, océans, tous défilent devant les cameras souverainement indifférentes de Ron Fricke. Le regard qu’il nous est permis de partager ne fait que voir, il ne juge pas. L’architecture, les traditions, les mouvements frénétiques de la vie contemporaine, la contemplation sans fin d’un jardin japonais, les témoignages du génocide cambodgien ou de la shoah, tout s’entremêle sans qu’une seule seconde la camera se risque à un quelconque commentaire.

Baraka n’est pas un film new age, il ne recèle en lui même aucun message, aucune morale. Ce film n’est autre chose qu’une invitation. Une invitation à regarder, à accepter, à aimer.

Nous sommes, les humains, d’une infinie diversité. Par nos coutumes, nos vêtements, nos croyances, nos corps. Nous sommes différents par nos modes de vie, nos habitations, les coins de planête où nous vivons. Nous sommes si différents dans nos vies …

Baraka, avec cet oeil calme , nous invite à franchir ce voile de la différence. Approchez vous, juste un peu plus près. Regardez.

Notre regard …. la manière dont nous regardons. Les yeux ouverts, fixés droit devant. Fixés vers notre vie, fixés vers nos espoirs et nos craintes.

L’humanité est diverse, infiniment. Mais Baraka nous invite aussi à voir à quel point l’humanité est semblable. A quel point les différences ne sont qu’un costume d’apparat, un masque, comme un maquillage.

Nous nous battons pour et à cause de ces différences. Regardez. Regardez à quel point nous sommes semblables. Plus que cousins. Plus que frères. Nous sommes un.

Et si ce film était tout compte fait un aperçu du monde tel que le verrait quelqu’un d’étranger à la Terre …

Notre planète, vue du dehors, vaut la peine d’être protégée. Entretenue. Aimée. Notre planète et tout ce qu’elle abrite. Nous y compris.